French Deal, l’élégance urbaine

By  |  0 Comments

French Deal, nous suivons cette marque depuis quasiment le début de sa création en 2012. Année où Steeven Kodjia, le créateur de la marque décide de se lancer dans l’aventure avec sa toute première collection. Son univers porte l’empreinte du Hip Hop et de ses grands classiques. Univers dans lequel il baigne depuis toujours.

Après avoir porté plusieurs casquettes danseur (de Hip Hop, évidemment), revendeur, il lance sa propre marque : French Deal. French qui vient du surnom que les vendeurs lui donnaient lors de ses déplacements aux US, le « Frenchy ».

French Deal invente une nouvelle approche du streetwear mêlant modernité et couture artisanale. Elle associe l’originalité créative à la qualité d’un vêtement intemporel.

A la croisée de son aventure mode, il rencontre Ousmane Dabo et Ian Mahinmi. Ils partagent la même vision et la même culture Hip Hop que Steeven et deviendront ses associés.

Ensemble, ils présentent le « Volume III », leur troisième collection. Une collection, qui comme les précédentes, fait la part belle aux matières, aux coupes. « Nous proposons des collections intemporelles, annuelles, qui sont complétées par des collections capsules ». Ce volume III, mixe des vestes, des tuxedos, des cabans chics à un style plus casual, avec des perfectos, des sweats à capuches.

Et comme pour toutes les pièces de ces collections, tout est dans le détail. « Aujourd’hui ce que je fais c’est plus que du vêtement, ce sont des pièces à qui j’essaie de donner une âme et une vie. Ce sont des pièces qui vivront longtemps » explique Steeven.

Nous avons eu l’occasion de passer un moment avec lui. Petit entretien du plus frenchy des créateurs de streewear.

 

 

Comment es-tu passé de la danse à la mode ?

En tant que danseur j’aimais beaucoup la mode. Je vis une culture à 100% qui est la culture Hip-Hop et dans cette culture il y a une façon de s’habiller, une façon de vivre, une façon de penser. La mode a toujours fait partie de ma vie. Après la danse, j’ai travaillé dans l’univers du rap. Les aléas de la vie m’ont conduit à entreprendre un street business entre Paris et New-York. J’importais des vêtements. Je partais à New-York cherché des pièces rares et je les revendais en France. Petit à petit je me suis rendue compte que j’aimais ça. Un Street business pour arrondir les fins de mois et la passion qui naît de toutes ces années de recherche, de fascination pour les belles pièces, les matières. Je me posais plein de questions pourquoi il n’y a pas ci ? pourquoi il n’y pas ça ? J’ai une certaine vision et je me suis dit « Ben, écoutes. Tu peux le faire ». Et c’est comme ça que je me lance dans l’aventure French Deal.

 

Tu représentais des marques de qualité. Pourquoi as-tu décidé d’imaginer et créer ta propre marque ?

J’avais envie d’apporter ma pierre à l’édifice. J’avais une vision. A un moment, je me suis dit « tu promotionnes des marques, mais où est-ce que cela va te mener ? Est-ce que tu as envie d’ouvrir une boutique ou un réseau de boutiques ? » C’est très bien, mais ce n’était pas là que j’avais envie d’aller. J’avais beaucoup plus de choses à dire. Je ne voulais pas juste être revendeur. Je voulais m’exprimer, discuter et montrer ce que j’avais dans la tête. J’ai pris le chemin de créer ma propre ligne de vêtements.

 

« Aujourd’hui ce que je fais c’est plus que du vêtement, ce sont des pièces à qui j’essaie de donner une âme et une vie. Ce sont des pièces qui vivront longtemps »

 

 

Tu as créé des vêtements que tu aurais aimé retrouver sur le marché ?

Exactement. Après je pense que c’est ça l’objectif d’un créateur. Il y a des vêtements partout et quand un styliste créé, on fait des pièces qu’on aimerait voir porter par les gens. On exprime notre vision de la mode.

 

Toutes les pièces sont fabriquées en France ?

Oui toutes ! Mais petit à petit, je mets les savoirs-faire en avant. 2 chemises de la collection : la chemise « Ethnique » et la chemise « Heritage » pour lesquelles j’ai puisé mon inspiration dans mes origines l’Afrique. Je l’ai mis en lumière sur des chemises contemporaines, des broderies africaines.

 

Pourquoi le label « Made In France », était important pour toi ?

Au début c’était important pour tout ce que ce label représente. C’est un gage de qualité, de savoir-faire. Il y a un savoir-faire en France qu’on ne peut pas négliger. Aujourd’hui, il est nécessaire. On développe la marque French Deal d’une certaine manière. On fait du sur-mesure, on personnalise les pièces. On est vraiment à l’écoute du client pour pouvoir apporter un service de qualité, efficace et réactif, on doit être proche des artisans avec lesquels on travaille. Chaque pièce devient unique.

 

« Une histoire, un geste, une attitude »

 

Comment décrirais-tu l’homme French Deal ?

L’homme French Deal ? C’est moi (rires). Nous sommes 3 et chacun est une facette de l’homme French Deal. En fait, je décrirai l’homme French Deal : « C’est un homme qui pousse son art de vivre vers l’excellence et qui devient exceptionnel dans tout ce qu’il fait. Exceptionnel dans sa manière de discuter, dans sa manière de s’habiller, dans sa manière de se tenir. C’est quelqu’un de dynamique, qui voyage ».

 

Pourquoi French Deal a décidé de s’orienter vers le Streetwear de luxe ?

Je pense que tout secteur il y a le bas de gamme, le moyen de gamme et le haut de gamme. Ma vision de la mode était là dans le luxe et on essaie de la pousser au maximum. C’est l’histoire d’un homme qui pousse son art de vivre vers l’excellence et qui devient exceptionnel. (Rires).

 

Vous pouvez shopper toutes les pièces exceptionnelles de French Deal sur leur shop

happywheels

Fondatrice et rédactrice en chef de STYL’IN MAGAZINE. Entrepreneur. Femme du digital et des relations publiques. Je suis basée entre Paris, Lyon, Genève et Abidjan.

Laisser un commentaire